Le Rêve d'Arthur

L'auteur de ce rêve est un homme, qu'on appellera Arthur, qui suit des études de Psychologie Clinique, qui doit écrire et présenter un travail lié à une étude de cas et qui vient ce jour là avec l'intention de mieux cerner le sujet de son étude … Il se sent un peu bloqué dans son projet ...

 

Il convient donc de poser cette intention préalablement au travail du Rêve :

« J'ai envie de mieux cerner le sujet de mon mémoire »

Il s'allonge, je l'invite à se détendre, à porter son regard vers l'intérieur, à accueillir avec bienveillance tout ce qui est présent en lui dans cet instant, et je lui demande d'installer sa conscience au niveau du cœur …. c'est toujours depuis notre cœur que l'expérience se déroule et se vit dans le travail du rêve. Et puis je lui demande ce qui se passe en lui, ce qu'il voit ou ressent …  Il me dit qu'il se sent bloqué, qu'il ne voit rien, qu'il ne sent rien, son visage semble tendu …. Alors je lui propose de dessiner un paysage autour de lui, et c'est comme ça que le rêve commence. Il voit se dessiner une rivière dans un paysage printanier et il dit : « Je suis du bon côté de la rivière, sur l'autre berge, tout est noir » . Je lui répète : « Tout est noir ? » Il dit : « Ça me met en colère, je voudrais que tout ce noir n'existe pas et pourtant ça existe et ça m'enrage ... Je voudrais toujours être sur cette berge printanière mais je sais que c'est pas possible ». Je lui demande de s'adresser à cette part de lui qui est tellement en colère, de l'inviter à prendre forme et immédiatement elle se présente à lui sous la forme d'une armure qui semble vide. Il dit : « c'est toute la protection pour pas être touché, blessé par les choses difficiles ».« Cette armure je suis pris dedans, je suis pris par mon refus d'avoir mal, je me coupe de la souffrance mais en même temps je me coupe de la beauté ».


Je lui demande ce qu'il peut faire pour cette armure, de quoi elle a besoin ?


Alors il vient à l'intérieur de l'armure, il enlève le casque et tombe à genoux, il appelle à l'aide et s'abandonne à plus haut …. C'est alors que des ouvertures se créent dans l'armure, des rayons de soleil descendent du ciel et l'éclairent … Il commence à lâcher, à pleurer, à accepter que la souffrance le touche, qu'il doit la vivre, que ça a un sens et qu'il doit se laisser traverser par elle, que la guérison passe par les larmes « c'est un peu comme mourir » dit-il ! Soudain il prend de la hauteur et il voit le paysage de plus haut il dit « le paysage dans lequel j'étais c'est une seule chose avec 2 facettes mais de la haut je vois une unité entre la beauté et la souffrance ». Il se transforme en aigle, l’œil de l'aigle voit l'unité dans la hauteur. Avec la vision de l'aigle il peut voir l'armure et ce qu'il tente de protéger … Il dit « Je protège une part de moi que je crois devoir protéger mais qui n'existe pas, c'est que des voiles, des fantasmes ». « Je peux voir tous les moi que j'ai protégés depuis que je suis né, c'est l'armure avec le vide à l'intérieur ». Soudain il accueille et accepte son besoin de protection et il rentre à nouveau dans l'armure et, dans l'acceptation, l'armure se transforme, elle devient une belle armure de samouraï qui va maintenant lui permettre d'avoir confiance pour affronter des situations difficiles. Il dit « je suis pas obligé d'y être tout le temps mais je peux l'enfiler pour affronter une situation … des fois on est obligé de combattre ». « Je peux décider d'avoir une armure et être conscient qu'il n'y a personne à protéger »
Il dit : « l'armure me relie à des énergies plus combatives, pour que j'apprenne à me battre et à me protéger face aux attaques des autres sinon je me referme et là je sens plus rien". Il finit en exprimant : « Cette armure c'est devenu l'énergie du guerrier éveillé »

 

À la suite du Rêve 


Est-il besoin de vous raconter qu'Arthur est une personne réservée, qui a le plus souvent tendance à se mettre en retrait, qui a du mal à venir sur le devant de la scène, qu'il a tendance à se couper de ce qu'il ressent quand les choses se déroulent sur une thématique douloureuse ou trop compliquée pour lui …. C'est un être qui déteste le conflit, un être poétique, empreint d'harmonie et de beauté. Au cours de ce rêve il a reçu un enseignement important, pour pouvoir vivre pleinement dans notre monde, il fallait qu'il accepte la part d'ombre, la sienne, et aussi celle du monde, il fallait qu'il accepte les règles du jeu et parfois, comme il le dit lui même, il faut combattre ou se défendre …  je dirais autrement : il faut se positionner et prendre sa place ! Dans les jours qui ont suivi le rêve, Arthur a ressenti des blessures d'abandon qui remontaient à la surface, sans doute la cause de son si grand besoin de protection,  il les a accueillies même si ce n'était pas facile …. Puis la vie l'a mis face à des gens agressifs et il ne s'est pas coupé des situations ni de ce qu'il ressentait, il a pu laissé se manifester ce que ça lui faisait vivre. Et il a écrit un début d'étude pour l'université et il a présenté son travail à l'oral devant d'autres élèves et son maître de mémoire … Ce jour là, plusieurs personnes devaient encore présenter leur travail, 2 filles et Arthur et le temps manquait, Arthur se disait qu'il allait laisser sa place aux autres mais un étudiant a lancé « Honneur aux garçons » alors il a accepté l'invitation, à travers cet étudiant la vie l'a aidé à prendre pleinement sa place et il a dit OUI ! Il me raconte qu'au moment de présenter, il a senti qu'il enfilait son armure de samouraï et qu'il s'est senti plus fort !!! Il a ensuite été félicité pour la qualité de son travail. A travers cet exemple on voit bien que ce qui est accompli et transformé au cours du rêve prend corps dans notre réalité quotidienne …. Le travail du rêve nous montre bien comment la vie nous lance des défis, comment elle nous aide à prendre conscience de là où nous en sommes avec nos problématiques  … comment elle nous remercie en nous offrant toute la place qui est la notre, une place souveraine ! Comme mot de la fin et pour revenir à notre rêveur, il se trouve que son travail d'étude est en train de se concrétiser autour de la difficulté d'incarnation chez les personnes psychotiques, et la difficile réalisation d'un moi dans le champs de la psychose … on fait évidemment le lien avec la tendance à fuir et à se couper des difficultés du monde que peut parfois revêtir notre rêveur. Sans doute est-il en train de guérir à l'endroit où un jour il pourra aider les autres.